La grotte de Saint Grégoire

Au Xe siècle la pérégrination était très en faveur et nombreux sont les exemples de pèlerins de toutes nations errant de pays en pays pendant des années. Les populations leur faisaient habituellement bon accueil.

Selon la tradition, un soir de 991 trois pèlerins frappent à la porte du curé de Pithiviers, dans le Loiret.

Fatigués et misérablement vêtus, ils reçoivent l’hospitalité du prêtre. L’un de trois pèlerins, Grégoire, est de noble lignée et archevêque de Nicopolis en Arménie. Il aspire a une vie de prière et sacrifice.

IMGP0530Crédit photo  : http://pelerinage-orthodoxe-france.blogspot.fr/search/label/grotte%20st%20Gr%C3%A9goire

Après qu’il s’est restauré et reposé, il se rend auprès d’Héloïse, dame de Pithiviers. Cette dernière le reçoit avec beaucoup de sollicitude et lui indique la petite chapelle de Baudrevilliers : il va vivre sept années dans une grotte creusée de ses mains, en contrebas de la chapelle.

IMGP0522Crédit photo  : http://pelerinage-orthodoxe-france.blogspot.fr/search/label/grotte%20st%20Gr%C3%A9goire

Le Saint ermite guérissait malades et infirmes et chassait les démons du corps des possédés et tout cela par la seule prière. Sa réputation de thaumaturge égalait celle de sa sainteté.IMGP0575Crédit photo  :  http://pelerinage-orthodoxe-france.blogspot.fr/search/label/grotte%20st%20Gr%C3%A9goire

Il pratique le jeûne, en ne mangeant que le soir une poignée de lentilles ou d’autre semences, mais le dimanche « Grégoire invitait à son repas des prêtres et des ministres sacrés et même aussi de laïques pieux. Il leur servait non seulement les aliments du corps, mais aussi ceux de l’âme.
Et lui-même, composant de ces propres mains un gâteau avec du miel et des épices, à la mode de son pays, il leur en offrait après le repas pendant la récitation des hymnes et des cantiques. Ses hôtes, en les dégustant, croyaient jouir de tous les délices du Paradis » (manuscrit de l’abbaye de Micy, XIe siècle).

YorkShireParkinC’était le pain d’épices, qui devait faire la renommée de la cité pithivérienne.

Le tombeau où fut enterré saint Grégoire de Nicopolis au Xe siècle (le 16 Mars 999) est l’église Saint-Martin-Le-Seul à Bondaroy dans le Loiret, une église carolingienne du IXe siècle bien conservée. « Les pèlerinages de la grotte où Saint-Grégoire a vécu et de la petite église de Saint-Martin-le-Seul sont très fréquentés — Le mardi de Pâques il s’y fait une grande procession — Tout le clergé et un grand nombre de personnes de Pithiviers s’y rendent dès cinq heures du matin, portant les Saintes Reliques et chantant l’office pendant le trajet ».

Une biographie de Grégoire de Nicopolis ici : http://www.acam-france.org/contacts/contact_lieu.php?cle=78

Le saint Ermite avait choisi un lieu propice à l’éveil spirituel :

1

3 thoughts on “La grotte de Saint Grégoire

  1. Bonjour !
    Je vois un beau gardien à droite de la grille d’entrée de la grotte. Curieusement d’ailleurs c’est quasiment le portrait du tableau.
    On se sent bien dans la grotte, C6 boosté.
    Merci à toi.

  2. Bonjour,
    Pourriez-vous pour un article m’envoyer des photos en JPEG de Saint Grégoire l’Arménien et de la grotte et de l’église de Saint Martin le Seul ?
    Merci de votre réponse.
    Cordialement.
    Marie-Anne Thil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *