Hauts lieux d’Alsace

L’Alsace est connue pour être une région riche en puissantes vibrations énergétiques. Après avoir décrit certains sites, qui sont communément considérés comme des hauts lieux, nous verrons les liens qui les unissent.

Le Mont Sainte Odile :

Le site sacré du Mont Sainte-Odile est un des hauts lieux vibratoires les plus puissants de l’Europe.
Le mont Sainte-Odile (Odilienberg en allemand, Altitona à l’origine) est une montagne vosgienne, située dans le département du Bas-Rhin, culminant à 764 mètres, surmontée par un couvent.

ste Odile1

Le sommet du mont est occupé par une ancienne abbaye. C’est le centre de pèlerinage le plus important de l’est de la France. Il est dédié à sainte Odile, la patronne de l’Alsace.

Une chronique ancienne du Mont rapporte l’existence d’un temple païen, elliptique, se dressant sur l’emplacement de l’actuelle cour intérieure des bâtiments monastiques.

Une gravure du XVIIème siècle atteste l’existence, jadis, d’une chapelle ronde portée par six colonnes de pierre qui auraient très bien pu être les vestiges d’un temple païen, lui-même entouré de cromlechs.

Elle aurait été fondé par la sainte protectrice de l’Alsace, Odile de Hohenbourg (vers 662 – vers 720) fille du duc d’Alsace Adalric, mieux connu sous le nom d’Etichon.

Selon la légende, Odile serait née aveugle, et reniée par son père. Sa mère la plaça alors dans le monastère de Baume-les-Dames. La jeune femme retrouva la vue lorsque St Erhard, son oncle, la baptisa et on lui donne comme nom Odile, c’est-à-dire fille de lumière

C’est en se rendant un jour à Niedermunster qu’Odile croisa la route d’un aveugle qui l’implora de l’aider. A l’aide de son bâton, elle fit jaillir une source de la roche, qui guéri l’aveugle de sa cécité. La source est alors devenue un lieu de pèlerinage important pour les malades souffrant de problèmes oculaires, et Sainte-Odile devint la Sainte Guérisseuse invoquée par les aveugles. La source coule toujours au flanc du Mont Sainte-Odile.

La sainte disparut aux alentours de 720. Ses reliques reposent toujours dans un sarcophage visible par le visiteur dans une chapelle de l’Abbaye.

SO

Plus de détails sur le Mont Sainte Odile (dans une perspective géobiologique) ici : http://www.equi-nox.net/t3035-le-mont-sainte-odile-67

Le Rocher du Hohwalsch :

« En partant du village de Walscheid, en Moselle, il suffit de longer le plan d’eau, puis d’emprunter la route forestière du Hohwalsch, pour aboutir  au Hohwalschplatz. Ensuite, un petit sentier mène au rocher du Hohwalsch, à une altitude de 558  mètres.

Rocher_du_Hohwalsch
Ce rocher gigantesque est en grès rose et permet de découvrir un panorama sublime sur la forêt des Vosges.

vue-sur-le-sud
Une cheminée cosmo-tellurique positive et un vortex se trouvent centrés sur une des cupules où sort également un fort courant tellurique. Le lien du vortex se dirige vers le sud.

Le lieu dégage une énergie et une sérénité exceptionnelles.

A son extrémité sud, il comprend plusieurs cupules, dont une grande qui a été taillée ; sa datation par un géobiologue la fait remonter à -575 avant J.-C.
Sans titre 1
A une demi-heure de marche, au cœur de la forêt, on aboutit à un cimetière gallo-romain, ceinturé d’un mur en pierres de grès, comprenant des pierres tombales en grès taillées ; là-aussi, les impressions qui dominent sont le calme, la beauté et l’équilibre. »

image
source : http://fleurdevie57.jimdo.com/photos-du-rocher-du-hohwalsch-%C3%A0-walscheid/

Le climont :

Situé dans la haute vallée de la Bruche entre les cols de Saales et de Steige, le Climont est un sommet isolé qui culmine à 965 mètres d’altitude. De son sommet, le point de vue est exceptionnel sur les vallées et les montagnes qui l’entourent. Plusieurs rivières y prennent leur source : la Bruche au nord, la Fave affluent de la Meurthe à l’ouest et le Giessen au sud-est qui s’écoule vers Urbeis et le Val de Villé. Des clairières de défrichement ont été ouvertes au pied du Climont dont la plus connue est la clairière du Hang où se sont établies au 18°s des familles mennonites venues de Suisse. Une très belle sapinière couvrait le mont avant les destructions étendues causées par la tempête de l’hiver 1999. On en voit les traces sur la photo. La régularité de ses versants et son sommet plat sont caractéristiques des paysages du grès.

image02Le Climont est une butte de grès triasique isolée par l’érosion et entourée à sa base par des fragments de la surface post-hercynienne que le grès était venu recouvrir à la fin de l’ère primaire. L’existence de nombreuses failles dans cette partie de la vallée de la Bruche a certainement joué dans sa résistance à l’érosion. Le Voyemont qu’on aperçoit à droite à l’arrière plan, avec sa forme conique bien reconnaissable, est aussi une butte témoin isolée de grès triasique culminant à la même altitude que le Climont.

Tour du Climont                                                                      la tour du Climont

 

 La chapelle saint Ulrich de la ferme du Holzbad :DV IMAGECHAPELLE ST ULRICH FERME DU HOLZBAD 2La chapelle st Michel de Rimlen :

A la sortie d’Ergersheim, en direction de Breuschwickersheim et au milieu des vignobles, se situe la Chapelle Saint Michel, dite de Rimlen, ancienne église paroissiale d’un village aujourd’hui disparu, et mentionné dès 1199 sous le nom de Rimigundeheim, domaine viticole appartenant à l’Abbaye Saint-Michel de Honau.

« A noter, que ces lieux possèdent un puissant champ vibratoire positif… » source : http://www.mairie-ergersheim.fr/decouvrir/chapelle-st-michel-rimlen.htm

 

On trouvera une description du Donon ici :http://www.eurogrille.fr/par-mercure/  et de Neuwiller-les-Saverne ici : http://www.eurogrille.fr/alsace-lorraine/

——————————————————————————————————————————————————

Les lieux évoqués ci-dessus sont tous au centre d’une configuration en étoile (la configuration du Hohwalsch n’est pas mise en évidence pour plus de lisibilité, mais elle est identique aux autres) :

5 étoilesOn voit que le mont Saint Odile (configuration orange) est bien entouré…

Une vue plus élargie montre Neuwiller-les Saverne en haut de la carte :

1

 

Le point-clé à retenir est que tous ces lieux sont reliés. On peut le constater en prenant l’exemple du Hohwalsh (cf les lignes rouges qui partent du rocher du Hohwalsh, au centre de la configuration, en plus des lignes de la trame de base) :

Hohwalsch 1

Sur une des lignes rouges, on voit également que trois rochers considérés comme des hauts-lieux sont en alignement : le Hohwalsch, le Rocher du Dabo et le Rocher du Solitaire :

Hohwalsch 2

 

On peut aussi prendre l’exemple du Mont Sainte Odile (qui se situe logiquement au centre d’une configuration en étoile) :

MONT SAINTE ODILE 1

Les lignes rouges passent toutes par les nœuds de croisement de la trame de base :MONT SAINTE ODILE 2

On peut observer que le Mont Sainte odile est relié au Hohwalsh, à l’abbatiale de Neuwiller-les-Saverne, au Donon, au Climont, aux chapelles Saint Ulrich et saint-Michel, mais aussi à la cathédrale de Strasbourg (qui ne fait pas partie de cette étude car elle appartient à un autre réseau que celui-ci) :MONT SAINTE ODILE 3Le Donon, les chapelles et le Climont sont également en relation avec l’ensemble des autres lieux, de la même manière que pour le Hohwalsch et le Mont Sainte odile.

 

 

18 thoughts on “Hauts lieux d’Alsace

  1. Comme par hasard (si il existe) les rochers du Hohwalsch et de Dabo font partie de mes terrains de jeux favoris car accessibles très rapidement pour se recharger. Le Donon également, mais lui se mérite car l’ascension est plus longue et plus fatigante; ceci-dit ce n’est pas « la montagne des dieux » pour rien!

    Je vais aussi assez souvent à Neuwiller et au mont Ste Odile et le chemaindes Demoiselles de pierre est un lieu que j’ai beaucoup apprécié (surtout la partie dédiée au dieu cornu Cernunos.)

    Sur tes cartes, je vois aussi apparaître la « Croix de Langenfeld, mais c’est un croisement de chemins de forêt qui mènent tous à des lieux sympas mais c’est à 2 ou 300m plus bas qu’il faut aller à savoir le « Mont St Michel de Saverne » avec le rond des sorcières et la grotte des fées.
    Là, c’est vraiment du lourd (et bien-sûr une de mes destinations habituelles avec une des CCT les plus puissantes que je connaisse, sans parler de tout le reste…qui va bien!)

    Je fais beaucoup de ces sorties avec Fleurdevie57 que tu mentionnes dans ton article.
    A+ en attendant de revenir sur le mont Ste Odile dans un autre post!
    Grolou

  2. La croix de Langelfeld est sur une ligne, mais pas sur un croisement de lignes. Donc en effet sa vibration ne peut être équivalente à celle des autres lieux évoqués.

    Le Mont saint Michel de Saverne est, lui, sur un croisement d’un réseau encore à l’étude (sur lequel d’ailleurs on retrouve la chapelle du haut saint-Pierre dont la page est à venir). Il ne vibre donc pas sur le même registre que les lieux évoqués dans cette page. Il est sur un champ d’action différent, sur une autre harmonique de la grille.

    Les deux premiers réseaux sont ceux sur lesquels je me suis appuyé jusqu’à présent (et il reste beaucoup à en dire).

    Le troisième est lié à l’énergie thérapeutique et spirituelle de la sainte Baume.Il est en tout début d’étude.

    Celui dont je te parle plus haut (celui dont le mont saint-Michel de Saverne et la chapelle du haut Saint Pierre font partie), sera le quatrième réseau.

    Mais, comme tu le sais,ces différents réseaux sont tous ancrés sur la même grille de base.
    A+

  3. Petite erreur de ma part quand j’ai écrit « croix de Langenfeld » au lieu de « Langenthal…
    mais on parle bien du même endroit!

    Une petite précision m’est nécessaire quand tu parles de 2 premiers réseaux (je ne parle pas de la trame de base): s’agit-il d’abord des triangles et rectangles sacrés qui concernent toutes sortes de hauts lieux mais à un niveau géobiologique et ensuite de configurations en étoile ou sceaux de Salomon relatives aux Vierges Noires en leur centre?
    Grolou

    • Ce que j’appelle la trame de base est le réseau 1 : celui que l’on voit ici : http://www.eurogrille.fr/wp-content/uploads/2013/01/GRILLE-DE-BASE-ROUGE.jpg
      Des points de croisements de ce réseau, par exemple le mont saint Michel, partent d’autres lignes qui vont rejoindre les points de croisements voisins. C’est alors que l’on va parler de réseau B par exemple, pour toutes les lignes qui joignent un point de croisement sur trois ; de réseau C pour toutes celles qui joignent un point de croisement sur 4, etc…
      Un réseau est alors constitué de toutes les lignes qui joignent un croisement sur 4, quel que soit le sens de ce croisement.
      On se retrouve bien entendu avec des lignes parallèles qui suivent une direction, et d’autres lignes parallèles qui en suivent un autre.
      D’où le maillage. D’où le réseau.

      Dans le nouveau réseau ainsi formé, on se retrouve avec d’autres points de croisements que celui de base.

      Par exemple la cathédrale de Chartres n’ est sur AUCUN croisement du réseau 1.
      Cela m’a beaucoup intrigué au début, en même temps que cela a nourri ma recherche.
      Puis le jour où le réseau 2 a été trouvé (de la façon dont je l’ai expliqué plus haut) et que Chartres, puis Rocamadour dans la foulée se retrouvent pile poil au centre d’un croisement (et donc d’une configuration) de ce réseau, tu imagines le bonheur !
      Et comme ce réseau 2 (le deuxième mis en évidence) compte beaucoup de Vierges noires (Chartres, Rocamadour, Montserrat, Auch, Orcival, Thuret, Longpont-sur-Orge, Le Puy, Vichy, etc…), c’est tout naturellement qu’il s’est retrouvé nommé ainsi. C’est même amusant de « prédire » qu’aux croisements où il y a un site religieux, il y aurait pu avoir une vierge noire, même si les mémoires n’en n’ont pas gardé la trace (où que le lieu n’est pas encore éveillé).
      Pour conclure provisoirement là-dessus, notons certains lieux qui sont à la fois au croisement de deux réseaux, comme le mont saint-Michel, Avebury, ou la fontaine de Pancheraccia en Corse (un très haut lieu également, même s’il est peu connu).
      Après Chartres, c’était La Sainte Baume qui n’entrait dans aucun des 2 premiers réseaux. Jusqu’à la mise en évidence du réseau 3 dont je te disais qu’il est en tout début de mise en lumière. Seules quelques unes de ses lignes sont construites pour le moment (le temps qui manque et puis il y a de la découverte avec les 2 autres réseaux pour 2 ou 3 vies…).
      Mais j’y travaillerai.
      Voilà, pas évident d’expliquer ça sans images, mais j’espère avoir été suffisamment clair.

      • Oui, merci pour cette longue réponse.

        C’est plus clair maintenant, car je m’aperçois que ma vision était trop axée sur les formes géométriques alors qu’il vaut mieux avoir une vision fractale des alignements et croisements, ce qui indique aussi une certaine hiérarchie des lieux.

        Si tu penses ne pas avoir assez de temps dans cette vie pour affiner tout cela, moi je sais que j’en ai encore pour plusieurs vies de questions. C’est le chemin qui compte, alors à + sur le chemin!
        Grolou

  4. En ce qui concerne le Mont Ste Odile, ce n’est pas que la zone intérieure aux murs du monastère qui est intéressante, loin de là!

    Il y a des secteurs du plateau sommital qui peuvent être reliés à des cultes solaire et/ou lunaires remontant à 9000 ans avant J-C et là on y trouve tellement de phénomènes géobiologiques qu’ à certains points précis il est difficile de tout mettre sur un plan tant il y a de réseaux des métaux en tous genres, CCT, vortex, tubes, etc…, lieux thérapeutiques également et bien évidemment!

    Et l’on peut encore s’écarter pour voir le restant ou suivre les traces du mur paÏen et découvrir encore toutes sortes de lieux très forts. Tout le massif est en cause et ce n’est pas sans raison que le fameux crash aérien s’est produit là! Il y a largement de quoi « déboussoler » une instrumentation électronique!

    La Chapelle des Anges porte bien son nom car elle me fait décoller au point que quelqu’un passant sa main dans mon dos (sans contact) peut me faire tomber. (expérience réalisée).

    A la source, je vais chercher l’eau qui me sert à faire mon eau bénite moi-même.

    Le Mont Saint-Odile montre sa puissance dans le fait que quelque soit la saison et la température, les gens y sont attirés en nombre voire en masse.
    Je crois que ma prochaine visite (pour le plaisir et pas forcément pour des mesures) ne va plus trop tarder.
    Grolou

  5. C’est une constante dans les hauts lieux, les endroits ou plusieurs lignes se croisent : on s’y sent bien (sauf cas particuliers) et on y revient.
    D’où les pèlerinages, les lieux de cure ou même de promenade, etc…

  6. Bonjour,
    Étant féru de hauts lieux énergétiques,
    Je tiens juste à attirer votre attention sur le mont St Michel de Saverne, il est aligné au mont St Michel en Normandie sf qu’il est négatif en énergie. J’ai visité les 2 sites, le mont St Michel de Saverne est sombre et franchement je ne comprenais par pourquoi, c en voyant la fontaine aux enfants q j’ai compris mon malaise, on y sacrifiait des enfants… On repart chargé en negativité. Le mont St Michel en Normandie est magique, on repart inspiré… Ne pas faire cas des échoppes…

  7. bonjour
    Je viens de découvrir que la cathédrale de Strasbourg a la même latitude que celle de Chartres, cela signifie qu’elles ont la même valeur de coudée pour leur construction. Vous dites que la très remarquable cathédrale de Strasbourg appartient à un autre réseau, lequel? pouvez vous voir si il y a un lien avec la pyramide de gizeh
    merci

  8. Très bon résumé des Hauts-Lieux alsacien. Sinon avez-vous entendu parler du Taennchel ? Je suis toujours surpris que l’on en parle si peu (peut-être volontairement). Pourrait-il être relier à d’autres sites ? Bonne visite aux curieux

    • Bonjour,
      je constate que cette page est une des plus visitées. Serait-ce parce que les alsaciens ont une grande affinité avec leurs hauts lieux d’énergie ?
      Le Taennchel est un massif, et vous avez pu constater que les études effectuées sur ce site concernent des lieux particuliers.
      Cependant, pour répondre à votre question, le Taennchel recèle deux centres : un entre le Rammelfelsen et le rocher des anneaux et l’autre au Venuskopf.
      Le premier centre est en relation par une ligne avec l’église de Lézardrieux (qui est sur un croisement énergétique du réseau 1 comme ce centre du Taennchel) en Bretagne, avec la cathédrale de Tréguier et, toujours par la même ligne, avec le menhir de saint Uzec.
      Les deux centres du Taennchel sont en relation directe.
      Cordialement

    • Je suis un grand adepte des promenades au taenchel et je recommande absolument. D’une pour la beauté de ce lieux où l’on découvre un long mur païen et des rochers disposant de cupules. Je prends le temps de passer quelques minutes sur 3 ou 4 rocher et en plus de profiter de la vue imprenable sur la plaine, le résultat énergétique est assez spectaculaire. En général je dors très mal la nuit suivant ma promenade, pourtant je me réveille en pleine forme. L’insomnie s’estompe le deuxieme soir et disparait ensuite mais niveau énergie je suis rechargé à fond. Je fais un à deux footing par semaine et si j’ai été au taenchel le week end, je pulverise mes records de vitesse. De même les petites douleurs dorsales ou courbatures persistantes disparaissent, comme si en plus de se recharger positivement, les énergies négatives disparaissaient. Bref j’adore!

      • Bonjour Pierre,
        Je suis d’accord avec vous sur les énormes potentialités énergétiques que l’on peut trouver dans les différents sites du plateau du Taennchel.
        Je n’y ai fait que deux sorties, la première avec un guide très au fait du lieu, ce qui m’a permis la seconde fois de reproduire un geste qu’il nous avait montré et qui s’est traduit par une expérience inoubliable pour moi.
        Je parle du « Lottelsfels » au rocher de la Petite Fée entre la roche des géants et le rocher du crocodile. Ce fameux promontoire dit « Pierre Tremblante » porte bien son nom puisqu’on peut faire bouger ce rocher jusqu’à émettre un son grave similaire à un battement de cœur qui vous remue jusqu’au fond des tripes.
        Le problème c’est qu’ayant fait cela, je n’arrivais plus à redescendre du rocher; mes jambes étaient comme du coton et pour cause car mon plan équatorial avait littéralement décollé vers le 7ème ciel (MDR) et c’est un membre du groupe qui lui explorait le fossé 10 m en dessous à l’aplomb du rocher qui s’en est aperçu et m’a fait « redescendre sur terre » énergétiquement et physiquement afin que je puisse refranchir la petite faille qui sépare la roche tremblante du plateau.
        Bref je suis resté assis un bon moment souriant comme le ravi de la crèche avant de reprendre le chemin.
        Ce lieu (où j’avais également assisté à une autre scène délirante la 1ère fois) ainsi que tous les autres sites du plateau est/sont vraiment très puissant(s).
        Dommage qu’il me faille faire 120 km pour y aller (par le carrefour du Rotzel).

        Grolou

  9. C’est surtout dû à mon avis à la forte activité des associations de sourciers et géobiologues ainsi que certaines références écrites de Lanspurg ou un peu plus loin de Cardinaux en Suisse. Merci pour les infos sur le Taennchel même si je pars du principe qu’une ligne énergétique n’explique pas toutes les particularités d’un lieu.

    • « C’est surtout dû à mon avis à la forte activité des associations de sourciers et géobiologues » : c’est à cela que je pensais.
      Un croisement énergétique n’explique pas toutes les particularités d’un lieu, en effet. Sinon on trouverait à chaque croisement un mont saint Michel ou une cathédrale de Chartres. Il y faut autre chose, par exemple une géologie particulière et la présence quasi indispensable de l’eau comme véhicule de l’information énergétique. Bien d’autres facteurs entrent en jeu. On trouve ces croisements dans tous les déserts ou en plein champ de betteraves où rien ne les signale ou ne les met en valeur. Il n’en demeure pas moins que, à mon avis, c’est par ces croisements que l’énergie du réseau global se libère à intervalles réguliers à la surface de la Terre.
      Cordialement

  10. Bonjour,

    Vos constatations sont intéressantes et pas dénuées de sens. En revanche, je n’ai pas trouvé comment sont « calculés » les géométries des triangles proposés ? Quelle distance sépare deux sommets et comment le maillage est-il établi ? Est-ce un maillage fixe ou adaptatif de motif de base connu ? Est-il possible de disposer d’une carte en temps réel calqué sur Google Maps par exemple ?

    De nombreux contributeurs parle de hauts lieux d’énergie : de quelle énergie est-il question ? Quelles relations peuvent être faites avec les réseaux connus tels que Hartmann et Curry ?

    A vous relire,
    Bien cordialement,
    Jean

  11. Bonjour
    En vacances au mois de mai en Alsace , j ai visité avec une amie le village d Unawirh et nous avons ressenti dans l église une énergie incroyable au niveau de l autel Je découvre ces phénomènes dont j ignorais l existence J ai également ressenti cette énergie cette été dans l église de Thuret dans l Allier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *